vendredi 1 février 2008

Second Life: Un véritable voyage


Au début de ma vie virtuelle, je me demandais pourquoi je me sentais enrichi du simple fait de voyager dans un monde virtuel.
Comme beaucoup d'avatars, je sentais bien qu'il y avait quelque chose de spécifique à ce type de voyage sans que je puisse le cerner totalement. Aller sur Second Life est une expérience intime, profonde, nuancée. De même que la vie "réelle", elle contient aussi sa part de mystère.

Par chance je suis tombé sur Marcel Proust. Pas sur lui en chair et en os, je ne suis pas encore totalement délirant, mais sur une citation faite par lui dans "A la Recherche du Temps Perdu":

"Le seul véritable voyage, ce ne serait pas d'aller vers de nouveaux paysages, mais d'avoir d'autres yeux".

Cela m'a fait "tilt". Si les expéditions dans le monde virtuel me procurent cette joie si particulière c'est parce qu'elles me donnent d'autres yeux. La plupart du temps, quand je reviens dans le monde « tangible », mon regard a changé. Il s'est décalé. L'effet est assez fort pour que je me penche de nouveau sur la question.
Comment l'expérience du virtuel peut elle transformer notre regard? Et donc notre vie?



1) L'expérience du virtuel ou la connaissance de soi.

En explorant cet univers dans une autre enveloppe que mon corps réel, dans un autre personnage que ma "personne réelle », vont s'éveiller des facettes de moi-même impossible à voir ou à révéler dans le monde tangible.

Le monde virtuel agit alors comme un révélateur de notre essence profonde, qui est véritablement multiple et diverse. Il enrichit notre personnalité en nous permettant de découvrir ces nouvelles facettes. C'est une forme de "renaissance". Pour de nombreux avatars d'ailleurs, l'occasion d'un nouveau départ. ( Nouveau métier, nouveaux comportements, nouvelles préoccupations, etc.)

D’une manière générale, sortir de son conditionnement (sexe, âge, condition sociale, ou même passer de l'homme à l'animal) pour vivre dans une autre "enveloppe" est non pas une fuite, mais une porte ouverte vers la connaissance de soi et des autres.
C’est ce que vivent les comédiens lorsqu’ils jouent un rôle. En habitant momentanément des « ego imaginaires » que sont les personnages, ils vont explorer sans risque ou presque, les recoins profonds et inconnus de leur personnalité.


Il y a là matière à se réjouir. Nous sommes beaucoup plus multiples et inconnus à nous-mêmes que nous le pensions!
Peu de gens comprennent l'intérêt de ces masques. Ils nous permettent pourtant d'accéder à une plus grande liberté et à élargir notre vision du réel. (voir à ce propos cet article sur l'identité virtuelle)

2) Second Life : un voyage de l'esprit.




Lorsque je vais sur SL, de même que lorsque je regarde un film, mon esprit voyage alors que mon corps ne bouge pas (ou presque). Que se passe-t-il pendant ce voyage?

Mon esprit coupe avec le réel "matériel" pour aller dans un autre réel. Un réel plus fluide, débarrassé de certaines contraintes physiques, mais un réel tout de même.
Sur SL, je me confronte aux autres, à la rencontre, au bon et au mauvais de chacun, à la jalousie, l'amour, l'amitié, la réussite etc. Les entreprises, elles, se confrontent à la concurrence, au choix d'une stratégie plutôt qu'une autre à des candidats qu’elles engagent. Second Life est une société à part entière et même si ce réel est généralement "fun", il peut être dans certains cas dramatique voire tragique. On y prend des risques financiers, amoureux, artistiques.

Pendant ce voyage, bien entendu, mes fonctions vitales restent "basées" dans le premier réel. Mais pendant un moment, mon esprit vit véritablement autant de choses que si je vivais dans le monde réel. Après une incursion dans le virtuel je ressens très nettement que j'ai vécu "autre chose" "ailleurs".

Lorsque je reviens dans la vie matérielle, ce voyage m'a donné du recul sur ma propre vie. Une sorte de distance bienfaitrice. Comme un cosmonaute qui a eu la chance de vivre un moment dans d'autres conditions spatio-temporelles. Pour certains c'est une expérience spirituelle tellement forte qu'elle génère à leur retour une autre façon de vivre. Voyager dans le virtuel, sortir sa vie et de son conditionnement est une manière de s'éloigner de ses automatismes et du mouvement incessant de la vie. C'est clairement une façon de se régénérer. À l’issue de cette expérience, il m'est apparu clairement que l'esprit peut se passer du corps pour mener sa vie et s'enrichir. Il a une vie à part entière.

3) Réveiller notre âme d'enfant


Un avatar "robot-pieuvre"

Aller sur SL est comme on dit, "fun". C'est comme si l'on redécouvrait que la vie pouvait être drôle. Jouer à dîner, à s'allonger sur une plage, ou encore à se faire croire qu'on est un robot-pieuvre, nous remet immédiatement en contact avec la dimension ludique et poétique de la vie. Une dimension que nous avons tendance à oublier. Ne dit-on pas dans la Kabbale que le monde est "d'essence poétique"?
En réactivant notre imaginaire et notre fantaisie nous redonnons à la réalité sa juste dimension. Je crois même que lorsque l'imaginaire est en marche, c'est un véritable accomplissement pour notre cerveau. Il se remet à vivre à sa pleine capacité. Il retrouve son élan initial. Il s'anime et nous fait voir la vie sous un autre jour. J'ai envie de dire, sous son vrai jour.

Agir dans un monde qu'on imagine en partie nous fait retrouver ce qu'on appelle "notre âme d'enfant". Il s'agit ici non pas de naïveté ou d'infantilité, mais de retrouver notre esprit de découverte, notre innocence, notre joie de vivre. Celle que nous avions naturellement lorsque nous étions de "petits enfants."

Ce processus est fondamental. Réactiver ce réservoir puissant contenu dans notre enfance redonne à la vie une saveur, une couleur que nous aurions pu croire disparue.
La vie est sans doute un chant, mais qui, à part les enfants, les artistes et les Sages, le ressent au plus profond? Citons un grand prophète, un grand poète, que tout le monde connaît et qui disait à propos des enfants:
"Le Royaume des Cieux est pour ceux qui leur ressemblent..."

Jésus (Matthieu 19;14).


4) Le virtuel ou l'effet miroir

Un des effets que de nombreux avatars vivent après leurs premières incursions dans le virtuel est ce que j'ai appelé: "l'effet miroir".
Tout à coup on se met à voir le monde réel par rapport au monde virtuel. Les humains ressemblent aux avatars, les immeubles de la vie réelle nous font penser aux immeubles du virtuel. Comme si les deux mondes se superposaient dans notre esprit. Cet effet n'est pas un délire. Il est révélateur du fait que les deux univers cohabitent à l'intérieur de nous. Ils peuvent être comparés, ils peuvent se compléter et ils ne sont évidemment pas étanches. Edward Castranova avait parlé de "porosité" entre le virtuel et le réel. Non seulement l'homme peut passer à tout moment du monde "réel" à un monde "synthétique". Mais en plus il intègre les expériences vécues dans un monde pour les appliquer dans l'autre.

L'idée est sans doute troublante mais depuis SL, le monde "réel" n'est plus la seule référence.(Ce qui n'empêche pas de reconnaître l'absolue beauté du Cosmos, sa dimension mystérieuse et sacrée). Les mondes virtuels nous contraignent donc à réenvisager notre réel et à le requestionner.


5) Le virtuel ou la naissance de nouvelles problématiques humaines


(Je ne traiterai pas ici les problématiques concernant l'amour et la sexualité des avatars qui mériteraient à elles seules, un article entier.)
Vivre dans le virtuel nous pose des questions. De même que pour la vie réelle, je ne peux avoir de certitude absolue. Elle nous pose par exemple des questions identitaires. "Qu'est-ce que l'avatar? Un autre"moi" plongé dans un autre contexte? "

Des questions philosophiques. "Le Réel n'est-il qu'à l'intérieur de moi? Quelle est la valeur du vécu "virtuel"?

Des questions éthiques: "Comment vivre en harmonie dans deux univers différents? Quelles sont les conséquences sur nos vies réelles de nos actions dans le virtuel?"

Ou même des questions métaphysiques. " Toute Créature a-t-elle un Créateur? L'avatar intelligent finira-t-il par penser par lui-même et se révolter contre son Créateur? N'est-ce pas finalement l'histoire de l'homme qui se répète? "


Le voyage dans le virtuel me donne aussi d'autres yeux parce qu'il me questionne sans cesse. Il m'apprend sans doute à mieux vivre et à m'améliorer. Par différents aspects, il est "initiatique". C'est aussi pour cette raison qu'il se heurte à autant d'incompréhension.


À mon humble avis c'est faire preuve d'ignorance et de peur que de réduire la plongée dans le virtuel comme cela est dit souvent, à une fuite pathologique du réel.
Les résidents de Second Life ne sont pas nécessairement des malades mentaux à enfermer très vite, des frustrés du sexe, des gens "seuls et malheureux dans leur pauvre petite vie", des complexés par leur physique nécessairement ingrat, des timides maladifs, des gens perdus qui recherchent un paradis artificiel gratuit et sans risque...


Les explorateurs du virtuel sont à mon avis, tout aussi amoureux de la vie réelle que les autres, ils sont tout aussi sensibles à la présence humaine, à la beauté de la nature, à l'art, bref ils sont tout aussi "normaux" et humains que ceux qui préfèrent regarder la télé....



Cette expérience de vie peut, si nous le souhaitons, nous apprendre sur la Vie.




Consultez les derniers messages...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Cher(ère) Avatar, malgré toute la poésie que tu tentes d'instiller dans LA Vie Virtuelle, cela reste néanmoins un conditionnement. Tu ne changes pas vraiment de regard, mais ce que tu regardes. Tu crois pouvoir découvrir d'autres facettes de toi même alors que tu ne fais que diversifier tes sensations. Ta comparaison avec les rôles d'acteurs le prouve. Cela reste simplement de la consommation. Comme pour ceux qui pensent être différents parce qu'ils ont choisi la Patagonie pour destination de leur séjour au lieu de la Normandie. Tu restes manipulé(e). Ta démarche est cependant sincère. Bonne quête.

Myster Welles a dit…

Bonjour,
désolé pour cette réponse tardive.

- Cher(ère) Avatar, malgré toute la poésie que tu tentes d'instiller dans LA Vie Virtuelle, cela reste néanmoins un conditionnement.

Je pense que toute vie subit une forme de conditionnement. Dans le sens où dans toute vie il y a des règles, des contraintes et que cela induit une manière d'être. La vie virtuelle n'échappe pas à cela.

Ce qui est intéressant à mon avis ici, c'est que justement la vie virtuelle nous donne l'occasion de sortir du conditionnement de la vie "réelle". Cela ne veut évidemment pas dire qu'elle ne nous conditionne pas elle aussi. Il s'agit simplement d'un autre conditionnement. Et vivre cette expérience, permet à mon avis de prendre du recul sur "le premier conditionnement".

Concernant "toute la poésie" que je tente d'instiller...

A mon avis, la poésie du virtuel est là, sous nos yeux. Certains la voient et la sentent et d'autres pas.
Tout cela est évidemment subjectif. Je "vois" de la poésie dans la vie réelle et j'ai découvert qu'il y en avait aussi dans la vie virtuelle alors que je ne m'y attendais pas. Cela me réjouis et j'essaye de transmettre ce sentiment aux autres.

Une chose est sûre: je ne me sens nullement manipulé par qui que ce soit. Je n'ai pas ce genre de "peur" et je ne crois à aucune "théorie du complot", quelle qu'elle soit. ( complot des méchantes sociétés qui veulent me faire acheter leurs produits, ou de Linden qui m'attire dans ses griffes pour me faire "consommer". Ou d'autres encore...on peut en inventer des milliers de ce style...)

Tu parles de "consommation". Quand je consomme quelque chose, sans doute je suis "conditionné" par la pub, mes propres gôuts, désirs etc. Mais j'assume être perméable à ce qui m'entoure. Je pense que c'est une illusion de se croire ininfluençable, absolument "non-conditionné". Personne n'échappe à l'influence du monde qui nous entoure.
L'essentiel étant de bien se connaître pour garder un esprit critique, reconnaître ce qu'il y a de bon ou de mauvais dans ces influences et penser par soi-même.

D'ailleurs à chaque seconde, nous recevons des "influences" et nous en émettons aussi. Ces influences constantes entre les êtres me font dire que nous sommes encore plus liés que nous le pensons généralement. Internet permet de concrétiser cette "loi" en connectant les êtres humains et en multipliant les influences réciproques.

Chaque personne peut aujourd'hui réaliser qu'elle a une influence réelle sur les autres, et donc une responsabilité encore plus grande sur la bonne marche du monde.

Bonne continuation sur SL ou ailleurs...
Myster Welles

christen.j788 a dit…

Cher(ère Avatar), avec un peu de retard je retrouve de mon expérience dans Second Life.
Cette impression d'avoir tout à reconstruire, la poésie existe et elle se découvre.
C'est une partie de moi qui se projette dans un autre contexte et que je vois agir.
Cette partie manifeste une recherche, et pose des questions, ce qui me fait changer c'est l'interaction avec les autres avatars, amis , indifférents.

La confrontation avec d'autres "modes de vies", que signifie le monde des Vampires de SL ? Ou le monde des Dragons ?

Le code de SL me semble être du ressort du rêve, d'une projection d'image et de symboles , qui ferait agir de manière différente.

Aborder des situations difficiles, la vie des avatars est une vie difficile pour qui cherche à gagner des L$. Le temps du camping permet de découvrir d'autres joueurs.

Ou d'autres civilisations, d'autres philosophies, sur SL j'échange sur tout, art philosophie, création , les discussions peuvent être passionnantes ou extrêmement ennuyeuses, comme en RL.


L'idée de l'immigrant vient s'associer , un immigrant qui arrive "sans rien" et découvre une nouvelle ile, un nouveau monde.

Avec de nouvelles possibilités, un rôle d'acteur, le "story telling" se raconte tous les jours, en fonction des autres avatars et des circonstances.

La pièce se transforme et s'écrit tous les jours (nombre d'avatars prennent comme nom "Writer" d'ailleurs)

La Patagonie est aussi le lieu de la rencontre avec ses habitants.

Et le Simbolic Translator est un outil extraordinaire pour voyager.

Où en êtes vous de votre recherche?


また近いうちに (Cela veut dire à bientôt)

christen.j788 a dit…

Cher(ère) Avatar, je lis avec intérêt cette chronique, mon expérience de SL est l'expérience d'une "socialisation", comme celle de l'immigrant(e) qui arrive sur une planète étrangère.

La vie des avatars est difficile, difficile de trouver des L$, le camping est une ressource.

Il y a de la poésie dans Sl, la grande beauté de ses paysages et de ses décors.
Tu parles de rôle d'acteurs, je crois que c'est vrai, au début l'acteur a un rôle et puis les rencontres font naitre des projets (devenir danseuse, agent de sécurité, builder ...) et aussi mettent en relation avec d'autres avatars dont les projets sont compatibles.

Un projet complexe nécessite la coopération et l'entraide, aucun avatar ne peut s'en sortir sans l'aide des autres.

Le scénario se modifie, des possibilités s'ouvrent, d'autres se ferment.

Des conditionnements inadaptés de RL apparaissent et doivent être validés ou transformés pour que la vie sur SL reste possible.

Je ne pense pas que ce soit un hasard si nombre d'avatars prennent "Writer/Ecrivain" comme nom de famille.

La joie du voyage est dans la rencontre

A bientôt / また近いうちに

Myster Welles a dit…

Cher Christen,
merci beaucoup pour ton message, ton et désolé de répondre si tard.

Tu me demandes gentiment où j'en suis de mes recherches?

Je suis dans une période où je vais très peu sur SL, mais où SL est encore présent, de façon différente.

Lorsque j'ai fait ma performance à Toulouse, j'ai en quelque sorte "matérialisé mon avatar" pour la première fois , dans le réel, puisque j'étais physiquement là-bas et sous son identité.
Expérience passionnante. Depuis j'ai continué à "sortir" mon avatar dans le monde tangible de façon ponctuelle. Ces différentes incursions dans le réel m'ont donné envie de faire exister encore plus mon avatar dans ce monde...
Je sais bien que cette démarche est particulière mais...elle me fait rire et m'apprend beaucoup. Que demander de plus?

bonne continuation,
Myster