samedi 9 février 2008

Second Life: De femme à femme


Quand je veux être seul, tranquille, j'utilise mon avatar féminin. Je n'ai aucun ami sur ma liste et cela me permet d'être totalement anonyme. J'ai l'impression que chaque vie créée, chaque nouveau personnage qu'on interprète vient compléter les vies précédentes. C'est peut-être le cas quand on passe de la vie RL à la vie SL. C'est aussi ce que permettent les "avatars alternatifs" par rapport aux avatars officiels. Myster a des amis, des lecteurs, une vie sociale relative.
Quand je suis mon personnage féminin, je n'ai pas les mêmes envies que Myster. Je n'ai pas envie de fréquenter les mêmes lieux, et très logiquement je ne rencontre pas le même type de personnes. Comme si mes personnalités étaient très différentes. D'ailleurs, elles le sont.

L'autre soir, je me suis retrouvée à un endroit où une autre avatar faisait des essais de programmation avec ses créations. Nous étions toutes les deux toutes seules et nous avions engagé une conversation. De femme à femme.
À un moment, elle m'a demandé de l'aider à tester ses animations. Peut-être qu'elle a senti en moi la fille gentille prête à rendre service. Ou peut-être tout simplement que j'étais la seule avatar dans les parages.
En tout cas, j'ai passé un certain temps à cliquer sur ses boules. Enfin, les boules qu'elle avait créées. Je crois que ça lui a fait plaisir.

C'est un peu ça Second Life. On peut passer une soirée entière à cliquer sur des boules roses et bleues juste pour rendre service à quelqu'un que l’on connaît à peine. Cette solidarité Silienne , très présente, vient peut-être des difficultés techniques qu'il y a à vivre dans cet univers et auxquelles nous sommes tous confrontés. Nous aimons aider les autres. Il y a même ici des "mentors", ces avatars dont l’activité consiste à aider "les apprentis" à apprivoiser la vie virtuelle. Gratuitement. Pour le plaisir d'aider.

Je me suis retrouvée assise à côté elle sur son tapis. J'ai été troublée par notre proximité physique. C'était la première fois qu'en tant que femme que je m'asseyais à côté d'une femme.
Est-ce que ce trouble venait du fait qu'elle ne sache pas que j'étais un homme dans la réalité? Pas seulement. Notre relation était celle de deux femmes entre elles. Et ça, je ne l'avais pas encore expérimenté.
Un homme est venu pour nous parler. J'ai tout juste été polie. C'était un gentil noob, on l'a aidé, mais j'avais envie de rester tranquille avec elle.

Dans notre rencontre, il n'y avait rien d'un mensonge ou d'une tricherie. Elle m'a prise pour une femme et c'est ce que j'étais à ce moment-là.
Si j'avais tenté de la séduire, elle m'aurait peut-être dit qu'elle n'était pas lesbienne. Et si elle avait été tentée par une aventure homosexuelle, le fait que je sois un homme ne l'aurait pas empêchée d'imaginer qu'elle a fait l'amour avec une femme.

Ceux qui viennent ici ressentent cette règle du jeu comme une évidence. Dans le virtuel, peu importe s'il s'avère qu'un jeune homme de vingt ans a fait l'amour avec une femme qui en a soixante dix-huit. Car lorsque cela s'est passé, ils étaient tous les deux jeunes et beaux. Peu importe pour le client d'une escort girl , si cette superbe femme qui a su utiliser les bons mots pour le faire jouir est en fait un homme de cinquante ans chauve et bedonnant.
Peu importe qui se "cache" derrière son personnage. Nous l'acceptons sans sourciller. Car nos "âmes" communiquent et cela suffit.

N'y a-t-il pas quelque chose de subversif dans ces nouvelles règles du jeu?
Je le crois. Et cela participe à mon avis de la méfiance que suscite Second Life.
Le monde virtuel se caractérise par l'abolition de barrières et par la création d'une nouvelle manière de communiquer, d'être et d'agir. Il peut même être une opportunité de réparer certaines injustices dans le monde physique. (Pensons par exemple aux handicapés qui peuvent grâce au virtuel avoir un corps comme les autres.) Il peut même devenir pour certains "une seconde chance".

Espérons que la liberté de choisir l'âge, le sexe, et la forme que l'on souhaite sera préservée et qu'elle ne sera pas seulement une parenthèse dans l'histoire de ces mondes alternatifs...

À la fin de la soirée, cette gentille avatar est devenue la première amie de ma liste.

Consultez les derniers messages...

13 commentaires:

Sofian a dit…

On peut même se demander s'il est judicieux de se poser la question de savoir qui est derrière l'avatar...

Un homme, une femme, un handicapé, un jeune, un vieux...

Quelle importance cela peut-il avoir...?

Soyons tout simplement nous mêmes dans Second Life, c'est-à-dire ce que nos créateurs ont choisi que nous soyons;)

Moi-même je ne sais plus trop qui m'a créée et je m'en fous!

Myster Welles a dit…

Bonjour Sofian,

j'ai l'impression que c'est simplement un réflexe humain. Comme si l'on n'avait pour seule référence l'humain dans le réel(ça rassure, on connait)
et qu'on ne voyait pas encore que ce qui compte sur SL c'est l'humain ( l'humanité? ) qui passe à travers l'avatar.

Par ailleurs, tu sembles avoir acquis une grande indépendance par rapport à ton Créateur! ça m'épate!
Bonne continuation sur SL

Sofian a dit…

Pas de quoi être épaté en ce qui concerne l'indépendance par rapport au Créateur, ça aide d'être athée, tout bonnement;)
Mais tu as raison, l'essentiel c'est l'esprit qui est le seul à être commun entre le créateur et l'avatar, tout le reste n'est qu'artifices et (parfois) tape à l'œil.
La référence de l'avatar à l'être humain, pour rassurer parce qu'on connait (je te cite) c'est un peu la même chose que la croyance en des dieux ou en Dieu, c'est simplement une question de confort, car il est plus aisé de se croire immortel que de passage.
Oui, c'est bien l'humanité, la réelle, celle avec laquelle nous vivons vraiment, qui doit être privilégiée, et tant mieux si cette humanité est perceptible à travers l'avatar, que celui-ci soit un furry, un dragon ou une tasse à café (oui oui, j'en ai rencontrée une)

Myster Welles a dit…

Tu fais une analogie entre la croyance en un "Dieu" et la croyance entre l'humain qui est derrière son ordinateur...

Je crois que ce n'est pas par hasard...

Personnellement,le fait d'avoir créé un avatar m'a requestionné sur le rapport entre le Créateur et la Créature. Si comme moi on accèpte l'idée d'un Principe Créateur (que j'appelle "le Truc") on peut supposer qu'il entretient avec nous des rapports similaires à la relation que j'ai avec mon avatar.

En ayant créé nous-même un avatar, nous sommes effectivement dans la position d'un "Dieu". Nous avons le pouvoir de vie et de mort sur elle. Nous l'observons agir, être. Nous sommes bienveillants avec elle. Nous voulons qu'elle soit heureuse et épanouie. Et qu'elle puisse un jour "penser" par elle-même...

Elle est créée à mon image, dans le sens où elle me ressemble puisqu'elle vient de moi. C'est notre esprit qui l'anime. Je lui ai insufflé un souffle de vie...
Si elle souffre, je souffre.
Je suis "moi" et je suis aussi "elle". Je suis responsable de ce qu'elle fait puisque je l'ai créée ,mais elle est aussi responsable de ses actes...etc.


Voilà le type de réflexions auquel m'ammène cette relation complexe avec mon avatar...

PS: J'aimerai bien rencontrer comme toi une tasse à café et discuter avec elle de sa condition...

Anonyme a dit…

Merci pour ce témoignage qui m'a beaucoup touchée, je me sens concernée.

Ma chérie d'amour est une femme, et nous sommes allées très loin dans notre relation SL. Mais je ne la rencontrerai jamais en RL. D'abord parce qu'elle est lesbienne RL, pas moi... enfin pas "officiellement", juste dans ma tête.

SL me permet donc de vivre des choses que je ne connaîtrai jamais en réalité.

Parfois elle me parle un peu de sa vie RL, même si moi je suis plus réservée. Avec beaucoup de respect cela fonctionne.

Donc à mon humble avis, pas d'accord sur "quelle importance qui est derrière l'avatar ?". Si c'était un garçon RL, ou moi, cela changerait tout.

Si l'une découvrait que l'autre lui a menti on arrêterait tout je pense. Si on change de sexe dans SL il vaut mieux le dire, après chacun est libre de choisir si ça le gêne ou non.

Les garçons RL arrêtez de rêver, on vous voit arriver à des kilomètres ! Même si pour le jeu on peut faire semblant. Et on fait semblant quand on trouve quelqu'un d'intéressant, sensible, qui exprime vraiment sa part féminine.

Je ne parlerai pas de Dieu, trop compliqué pour moi, je voulais juste parler un peu de ma déesse à moi :)

Cherry Reggiane

Sofian a dit…

@Myster Welle
« Si comme moi on accepte l'idée d'un Principe Créateur (que j'appelle "le Truc") on peut supposer qu'il entretient avec nous des rapports similaires à la relation que j'ai avec mon avatar. »
Hum, je pense qu’il y a quelques différences sensibles et dans le cas présent comparaison n’est pas raison : je suis moi-même ouverte à l’idée qu’il y a peut-être « quelque chose » qui tire les ficelles, tout en étant très sceptique sur le sujet, mais bien sûr je me pose comme tout le monde la question de savoir comment « tout ceci » a commencé…Nous sommes bien loin de la création de Second Life et de notre ridicule (comparé à la création de l’univers) pouvoir de créer des avatars et d’en faire pratiquement ce que nous voulons.
« En ayant créé nous-mêmes un avatar, nous sommes effectivement dans la position d'un "Dieu". Nous avons le pouvoir de vie et de mort sur elle. Nous l'observons agir, être. Nous sommes bienveillants avec elle. Nous voulons qu'elle soit heureuse et épanouie. Et qu'elle puisse un jour "penser" par elle-même... »
En fait il ne s’agit pas de création d’une entité distincte, l’avatar, mais de la projection de tes désirs dans un monde virtuel. Tu n’as aucun pouvoir de vie ou de mort, en tout cas pas plus que l’écrivain n’a de pouvoir de vie ou de mort sur les personnages qu’il invente. Et quand tu penses l’observer agir et être, c’est toi-même que tu observes. Quant à penser par elle-même, cela voudrait dire que l’IA aurait fait de tels progrès que ton avatar pourrait s’affranchir de ta dominance (je suis persuadée qu’un jour prochain « on » arrivera à faire « fonctionner » un avatar indépendant qui apprendra par lui-même et interagira avec les autres avatars)
@ Cherry Reggiane
« Donc à mon humble avis, pas d'accord sur "quelle importance qui est derrière l'avatar ?". Si c'était un garçon RL, ou moi, cela changerait tout. »
Tout dépend de ce que l’on vient chercher dans Second Life.
Si l’on prend SL (ou n’importe quel autre monde virtuel comme RLC, AW, Twinity et j’en passe) pour un Meetic bis, alors oui, la personne derrière l’avatar est non seulement importante mais surtout essentielle, et aucune « tricherie » n’est dans ce cas admissible : un homme doit rester un homme et une femme une femme, car un jour ou l’autre il y aura confrontation dans la vie réelle.
Mais si l’on se contente de considérer les mondes virtuels comme une approche différente, parallèle, de la vraie vie, en s’impliquant juste ce qu’il faut pour communiquer mais sans jamais mettre le doigt dans l’engrenage d’une relation « sérieuse », alors on peut être n’importe quoi (d’où la tasse de café ;) et la personne derrière l’avatar n’a (je le maintiens) aucune importance.
« Les garçons RL arrêtez de rêver, on vous voit arriver à des kilomètres ! Même si pour le jeu on peut faire semblant. Et on fait semblant quand on trouve quelqu'un d'intéressant, sensible, qui exprime vraiment sa part féminine. »
Pas d’accord ! Les garçons ont le droit de rêver, même si on les voit arriver avec leurs gros sabots…par contre bien sûr, comme déjà dit plus haut, si le garçon en question est un tricheur, là c’est autre chose, mais un jour ou l’autre c’est lui qui sera bien embêté.
A toi Cherry de ne pas tomber dans le panneau, mais si tu vois les garçons arriver à des kilomètres, je ne me fais pas trop de souci pour toi ;)
« Je ne parlerai pas de Dieu, trop compliqué pour moi, je voulais juste parler un peu de ma déesse à moi :) »
Ce n’est pas parce que quelque chose est compliqué qu’il ne faut pas essayer d’en parler, toute opinion est respectable à condition de respecter ceux qui ne pensent pas comme nous.

Myster Welles a dit…

@Cherry,

Bonjour et merci pour ton commentaire et ton témoignage.
Ce que tu vis est assez fréquent sur SL d'après ce que j'ai lu. Des "hétéros" dans RL ,qui même parfois n'ont jamais eu de relations homos dans la RL qui ont une ou des aventures homosexuelles dans SL. Comme tu le dis joliment, ils ne sont "homos" que dans leur tête...
Comment bien vivre ces différentes identités?
Comment harmoniser une vie hétéro RL et une vie homo SL?
Est-ce que le virtuel "rééquilibre" quelque chose en nous permettant de vivre ce qui serait "interdit" (ou que nous nous interdisons)?
Est-ce que si on ne vit qu'une"cyber-homosexualité" est-on homosexuel? Cyber-homosexuel? ou rien du tout? :)

Comme tu le vois, cela agite mes neurones même si pour le moment je n'ai pas de réponse...(A ce propos, il serait opportun que des têtes bien faites se penchent sur les "nouveaux comportements amoureux dans le virtuel et leurs conséquences dans le réel)

@ Sofian,

-Nous sommes bien loin de la création de Second Life et de notre ridicule (comparé à la création de l’univers) pouvoir de créer des avatars et d’en faire pratiquement ce que nous voulons.-

Je te rassure. Je ne compare pas la Création de l'Univers avec la Création de SL. De la même façon, je ne me prends pas pour D.ieu...;)

Cela étant dit, il est possible de penser de façon "analogique", et à mon avis de trouver des "correspondances" qui n'étaient pas visibles avant la création des Univers virtuels et qui le deviennent maintenant...

Par ailleurs, certains penseurs comme Nick Bostrom pensent par exemple que notre univers réel ne pourrait être qu'une simulation informatique... (voir à ce sujet l'article de Wangxiang Tuxing
qui donne à réfléchir sur la nature de la réalité)

http://ma-deuxieme-vie.blogspot.com
/2008/02/monde-virtuel-et-pourtant
-et-pourtant.html

- En fait il ne s’agit pas de création d’une entité distincte, l’avatar, mais de la projection de tes désirs dans un monde virtuel.

Je crois vraiment que le débat est ouvert :)
Je ne peux aujourd'hui affirmer que l'avatar est ceci ou cela de façon définitive. Bien entendu, il est parfois la projection de mes désirs. Mais parfois aussi, c'est vraiment moi et pas mes projections. A certains moments, il fait des choses que moi je ne ferai pas dans mon monde ! Alors? est-ce qu'il est moi? Une projection de moi? Un moi plongé dans un autre univers? Un mélange de lui et de moi?

A ce jour, j'ai tendance à penser que l'avatar est une "création" qui part de moi et qui a une forme d'existence à part entière...dans le sens où, même si je le dirige, cette "création" m'échappe quelque part...
...je veux dire par là qu'en créant une "créature", il y a quelque chose d'imprévisible dans cette création( Cf : Frankenstein, ou le Golem)

Notre discussion est tout à fait normale et même essentielle:
L'identité de l'avatar est un vrai sujet et j'ai le sentiment qu'il a commencé à nous préoccuper et que cela va continuer longtemps. Il a hérité d'une certaine façon de notre part de "mystère"...

Pour finir, je suis d'accord avec toi sur l'IA. A ce moment-là, il échappera encore plus à son créateur...

Anonyme a dit…

@Myster Wells
"Des "hétéros" dans RL ,qui même parfois n'ont jamais eu de relations homos dans la RL qui ont une ou des aventures homosexuelles dans SL.
Est-ce que le virtuel "rééquilibre" quelque chose en nous permettant de vivre ce qui serait "interdit" (ou que nous nous interdisons)?"

Voilà, tu as tout compris... c'est pourquoi j'accorde de l'importance à qui est derrière l'avatar... ou à ce que l'avatar dit de qui est derrière lui, plus exactement.

@sofian
Pour Dieu ou le Truc, ce n'était pas mon sujet, mais on en parle quand tu veux... pardon j'étais encore dans le jeu, Cherry est une gentille fille pas compliquée. Etre un peu irresponsable quel bonheur !

S'il y a un Truc, par hypothèse... j'aime penser qu'il est très évolué dans l'IA, que ses avatars peuvent s'affranchir de sa dominance. Il le font, ou pas, c'est leur problème. Avoir un problème c'est commencer à être libre, non ? Relire la Genèse...

"une approche différente, parallèle, de la vraie vie, en s’impliquant juste ce qu’il faut pour communiquer mais sans jamais mettre le doigt dans l’engrenage d’une relation « sérieuse »"

Tout à fait, pas un Meetic bis, je ne suis pas là pour ça.

Tu parles joliment d'un écrivain, pour moi SL c'est comme un roman palpitant, qu'on écrit au fur et à mesure. On éprouve vraiment les sentiments tout en faisant la part des choses.

Ce que je demande et que j'essaie de respecter, c'est de ne pas casser le rêve, la magie... On ne voit pas un héros charmant déclarer au milieu du roman "en fait je suis un vieux monsieur chauve à lunettes qui écrit un livre" !

Elle me parle un peu de sa RL, comme elle veut, moi pratiquement pas ; je suis mariée, quand même. Je lui ai quand même dit ça, pour expliquer mes déconnexions un peu brusques.

La magie: elle m'a dit son vrai prénom, pas moi. J'ai un vieux prénom pas sexy que je déteste. Je lui ai proposé de continuer de rêver à Cherry, elle a accepté.

Sur les rêves des garçons, évidemment ils ont le droit ! C'était juste une apostrophe familière, pour évoquer ce que tu appelles les gros sabots. Cela voulait dire oui, rêvez, jouez, mais respectez nos rêves et nos jeux qui ne sont pas forcément les vôtres.

@Myster Wells encore

"certains penseurs comme Nick Bostrom pensent par exemple que notre univers réel ne pourrait être qu'une simulation informatique..."

- Cherry n'a rien compris.
- La personne derrière Cherry a bien vu Matrix, mais vraiment, non...

"En fait il ne s’agit pas de création d’une entité distincte, l’avatar, mais de la projection de tes désirs dans un monde virtuel."

- Là, Cherry est vraiment larguée.
- J'essaie pourtant de lui expliquer que c'est pour ça qu'elle est là.

Bisous

Cherry (aidée de son avatar RL)

Sofian a dit…

J’adore cette conversation « entre femmes » !

@Myster Welles
« Des "hétéros" dans RL, qui même parfois n'ont jamais eu de relations homos dans la RL qui ont une ou des aventures homosexuelles dans SL. Comme tu le dis joliment, ils ne sont "homos" que dans leur tête... »

C’est bien plus compliqué que ça…
Deux exemples pour illustrer la difficulté de la chose :

1- Un hétéro prend un avatar féminin pour avoir une relation sexuelle avec un autre avatar féminin : peut-on qualifier la relation de lesbienne ? A mon avis non, l’homme derrière l’avatar féminin a en fait une relation, dans sa tête, avec une femme, même si un autre homme se cache derrière l’autre avatar… et dans ce dernier cas on ne peut même pas qualifier la relation d’homosexuelle du fait de l’ignorance de la véritable identité de l’ « autre »

2- Un gay (une homme donc) prend un avatar féminin pour avoir une relation sexuelle avec un autre avatar masculin : à première vue la relation est hétérosexuelle, du moins pour l’avatar masculin si derrière celui-ci se trouve un véritable homme qui croit avoir affaire à une véritable femme, par contre le gay reste gay et pour lui la relation est évidemment homosexuelle, même s’il se trouve dans la peau d’une femme (il y a d’ailleurs peu de chance qu’un homme gay empruntant un avatar féminin ait une relation lesbienne…)

J’ai d’ailleurs déjà eu l’idée d’écrire un article dans mon blog sur le sujet, mais cela demande de la préparation et ce commentaire pourra éventuellement me resservir ;)

« …certains penseurs comme Nick Bostrom pensent par exemple que notre univers réel ne pourrait être qu'une simulation informatique... (voir à ce sujet l'article de Wangxiang Tuxing
qui donne à réfléchir sur la nature de la réalité) »

Là je suis d’accord avec Cherry, Matrix c’est un bien joli sujet de film, mais il faut garder un peu les pieds sur terre quand même, et je trouve que Wangxiang et Myster Welles devraient éviter de fumer de cette herbe qu’on trouve notamment du côté de Katmandou ;)

Cela dit j’aime bien Wangxiang, je lis régulièrement son blog dans lequel je trouve souvent des pépites, mais je ne le suivrai jamais sur certains sentiers comme celui de la « singularité » qui pour moi n’est qu’une arnaque « new age » de plus comme les américains en ont le secret.

Quant à Myster Welles que j’ai découvert depuis peu je pense que je vais aussi le suivre de près:)

« ...je veux dire par là qu'en créant une "créature", il y a quelque chose d'imprévisible dans cette création( Cf : Frankenstein, ou le Golem) »

Je ne pense pas que nous soyons des Frankenstein (à ne pas confondre avec sa créature), notre « golem », c'est-à-dire notre avatar n’est pas si imprévisible que cela, encore une fois il est la projection de nos désirs, de nos fantasmes, de tout ce que nous ne pouvons ou voulons accomplir dans la vie réelle (voler, se téléporter, avoir des relations sado-maso et bien d’autres choses encore) mais il reste toujours sous notre contrôle ! Il fait ce que nous lui disons de faire et nous sommes libres, en tant qu’humain, d’arrêter le « jeu » quand nous voulons.

Bien sûr il en sera autrement quand l’avatar aura pris son indépendance grâce à l’IA, et là il sera intéressant de l’observer…

@Cherry
« "En fait il ne s’agit pas de création d’une entité distincte, l’avatar, mais de la projection de tes désirs dans un monde virtuel."
- Là, Cherry est vraiment larguée.
- J'essaie pourtant de lui expliquer que c'est pour ça qu'elle est là. »

La phrase était de moi, Myster Welles me citait ; ce que je voulais dire c’est que l’avatar c’est toi, tout simplement, comme je viens de l’expliquer à peine plus haut.
Tu lui transmets tes désirs, tes fantasmes que tu n’oses pas réaliser dans la vie réelle, c’est pas plus compliqué.
Ton avatar est un intermédiaire, un faire-valoir, et tu te sers de lui comme d’un outil.

Second Life et tout ce qui tourne autour n’est d’ailleurs qu’un outil permettant de faire différentes choses : s’amuser, faire des connaissances, s’instruire, s’informer, perdre son temps… la liste est longue et risquerait d’être fastidieuse, je m’arrête donc ici.

Myster Welles a dit…

Bonjour Sofian,

merci pour tes commentaires!

- Un hétéro prend un avatar féminin pour avoir une relation sexuelle avec un autre avatar féminin : peut-on qualifier la relation de lesbienne ? A mon avis non, l’homme derrière l’avatar féminin a en fait une relation, dans sa tête, avec une femme, même si un autre homme se cache derrière l’autre avatar… et dans ce dernier cas on ne peut même pas qualifier la relation d’homosexuelle du fait de l’ignorance de la véritable identité de l’ « autre »

Ce qui est drôle c'est qu'il faut relire au moins deux fois avant de comprendre...ce qui montre que SL offre des possibilités d'être et d'agir que notre cerveau n'a pas encore assimilé...

- Là je suis d’accord avec Cherry, Matrix c’est un bien joli sujet de film, mais il faut garder un peu les pieds sur terre quand même, et je trouve que Wangxiang et Myster Welles devraient éviter de fumer de cette herbe qu’on trouve notamment du côté de Katmandou ;)

Je n'ai pas demandé à Wangxiang ce qu'il avait fumé, mais moi ça s'appelle de l'oxygène...et ça marche très bien!
A ce propos, on sait bien que l'on peut approcher certaines vérités sans passer par "l'herbe de Katmandou"...(même si les drogues, la transe, certains états de conscience modifiée le permettent aussi...) Chacun fait comme il peut, ou comme il veut...

Cela étant dit, je pense que Matrix, bien que ce ne soit pas un grand film, est un film visionnaire.
Si cela t’ intéresse : (http://www.lamed.fr/matrix/)

Par ailleurs, je n’ai pas envie de brider mon imagination. Je suis sûr de peu de choses mais au moins d’une :
La découverte de la réalité de l'Univers, de ce qu’est la Réalité, nous réservera encore de nombreuses surprises... (certains pensent que nous sommes dans des multivers, et qu'ils auraient la forme d'un cake coupé en tranche!)

-Bien sûr il en sera autrement quand l’avatar aura pris son indépendance grâce à l’IA, et là il sera intéressant de l’observer…

Toute la question est là...Est-ce qu’au bout d’un moment l’intelligence artificielle mise dans l’avatar créera chez lui, au bout d’un moment des « émotions » , une façon de penser qui lui est propre et donc potentiellement un désir d’indépendance, de révolte etc ? ( voir Hal, dans 2001 l’Odyssée de l’espace)
Sauf erreur, personne n’a à ce jour la réponse…

Sofian a dit…

« Ce qui est drôle c'est qu'il faut relire au moins deux fois avant de comprendre...ce qui montre que SL offre des possibilités d'être et d'agir que notre cerveau n'a pas encore assimilé... »

Je m’y suis reprise à plus de deux fois avant de trouver une formulation suffisamment claire pour être comprise, donc deux fois avant de comprendre, c’est plutôt un bon score ;) Cela-dit, pour toi comme pour moi il y a beaucoup de choses qui restent et resteront obscures pour longtemps dans les implications engendrées par Second Life et tout ce qui tourne autour (SL n’est qu’une composante d’un ensemble complexe qui est en train de changer radicalement notre vie quotidienne, et nous n’en sommes qu’au début…)

« A ce propos, on sait bien que l'on peut approcher certaines vérités sans passer par "l'herbe de Katmandou"...(même si les drogues, la transe, certains états de conscience modifiée le permettent aussi...) Chacun fait comme il peut, ou comme il veut... »

Attention, terrain dangereux… la drogue ou la transe provoquée de quelque manière que ce soit n’ont à mon humble avis jamais fait progresser l’humanité ; la seule vérité que tu peux y trouver te concerne personnellement, et encore est-elle très certainement faussée par l’état second dans lequel tu te trouves.

« Cela étant dit, je pense que Matrix, bien que ce ne soit pas un grand film, est un film visionnaire. »

Mon avis est plutôt inverse, j’ai pris du plaisir à regarder Matrix qui m’a fait rêver et (un peu) réfléchir, par contre je conteste l’aspect visionnaire ; la force de films comme Matrix c’est d’embarquer les gens dans un imaginaire tel qu’ils en perdent complètement le sens des réalités. Là aussi, attention danger…

« La découverte de la réalité de l'Univers, de ce qu’est la Réalité, nous réservera encore de nombreuses surprises... (certains pensent que nous sommes dans des multivers, et qu'ils auraient la forme d'un cake coupé en tranche!) »

Nous n’avons pas fini de découvrir des « choses » sur l’univers et les hypothèses vont bon train, qui font pour la plupart pschitt au bout de quelques années ! Pour ce qui est du cake, il pourra toujours resservir en cuisine ;)

« Est-ce qu’au bout d’un moment l’intelligence artificielle mise dans l’avatar créera chez lui, au bout d’un moment des « émotions » , une façon de penser qui lui est propre et donc potentiellement un désir d’indépendance, de révolte etc ? ( voir Hal, dans 2001 l’Odyssée de l’espace) »

Avant d’en arriver aux « émotions » il y a un long chemin à parcourir. Hal nous prouve en tout cas une évidence qui apparemment échappe à beaucoup de gens : 2001 est sorti en … 1968, soit plus de trente ans avant l’époque dans laquelle l’action était censée se passer (je mets de côté la période préhistorique) et nous ne pouvons que constater, en 2008, que nous sommes bien loin des prédictions de Stanley Kubrick et Arthur C. Clarke… Par ailleurs la fin de 2001 est plus poétique que scientifique, quant au début, avec le monolithe, nous sommes dans la pure spéculation sur les origines, les origines de quoi en fait… ?
En conclusion, 2001 en a fait rêver et fantasmer plus d’un sur ce que serait notre époque actuelle, et finalement il est complètement passé à côté de la révolution de l’internet ! Cela me fait d’ailleurs penser à toutes ces prédictions du début du 20ème siècle sur ce que serait l’an 2000 : ces prédictions n’étaient que la projection du savoir de l’époque dans une époque future lointaine, sans prendre en compte toutes les découvertes « intercalaires », et nous commettons régulièrement cette erreur.

Myster Welles a dit…

Bonjour Sofian,

- Cela-dit, pour toi comme pour moi il y a beaucoup de choses qui restent et resteront obscures pour longtemps dans les implications engendrées par Second Life et tout ce qui tourne autour (SL n’est qu’une composante d’un ensemble complexe qui est en train de changer radicalement notre vie quotidienne, et nous n’en sommes qu’au début…)

Je suis d'accord.

- Attention, terrain dangereux… la drogue ou la transe provoquée de quelque manière que ce soit n’ont à mon humble avis jamais fait progresser l’humanité ; la seule vérité que tu peux y trouver te concerne personnellement, et encore est-elle très certainement faussée par l’état second dans lequel tu te trouves.

Je voulais juste dire que certaines traditions ont utilisé les drogues dans un cadre rituel pour accéder à "l'invisible".
Je pensais entre autres aux récits de Castaneda.( Soit dit en passant Don Juan, le Sorcier (le chaman) précise bien que l'initiation de Castaneda pouvait être faite sans l'usage du peyotl, mais qu'il l'a utilisé parce qu'il était "bouché")

Bien entendu, quand on "voit" quelque chose, et quelle que soit la façon dont le voile s'est levé à un moment de sa vie, tout reste à faire et à construire.


- Mon avis est plutôt inverse, j’ai pris du plaisir à regarder Matrix qui m’a fait rêver et (un peu) réfléchir, par contre je conteste l’aspect visionnaire ; la force de films comme Matrix c’est d’embarquer les gens dans un imaginaire tel qu’ils en perdent complètement le sens des réalités. Là aussi, attention danger…

L'imaginaire peut aller très loin quand on a les pieds sur terre...


Concernant "2001: l'odyssée de l'espace" : Je remarque juste que nous sommes en 2008 et que nous sommes encore en train d'en discuter!
C'est un film symbolique et en tant que tel, on peut supposer que des générations d'êtres humains ou d'avatars continueront de l'interpréter...

Si cela t'amuse...

http://www.kubrick2001.com/

Sofian a dit…

http://www.kubrick2001.com/ m'a effectivement amusée, c'est une superbe vidéo...à prendre au 36ème degré!

En la regardant je me suis en effet demandée si certaines personnes ne pouvaient pas prendre au 1er degré ce qu'elles pourraient considérer comme un reportage, et ainsi penser que le monolithe a réellement existé...

D'où le danger des mondes virtuels dans lesquels la frontière entre virtualité et réalité est difficile à tracer.

Et je suis totalement d'accord avec toi quand tu dis "L'imaginaire peut aller très loin quand on a les pieds sur terre...", seulement le problème est que beaucoup de gens n'ont justement pas les pieds sur terre et prennent "à la lettre" tout ce qu'ils voient.

Les illusions d'optique sont là pour nous le rappeler, mais qui s'en soucie vraiment, la plupart d'entre nous préfèrent "croire" à quelque chose d'apparent plutôt que de se poser des questions trop compliquées dont les réponses pourraient les décevoir.

Eh oui on a bien dérivé, de femmes, femmes, femmes jusqu'à 2001 l'Odyssée de l'Espace...

Mais c'est bien de se laisser aller de temps en temps:)