vendredi 7 mars 2008

Second Life: Un village mondial


La première fois qu'un chanteur sur scène m'a dit "Hy Myster, or Maïster?" pour me remercier d'être présent à son concert, cela m'a fait un effet " Silien". Ce fameux "truc" qui me met dedans instantanément et qui crée une sensation intérieure inédite et surréaliste. C'est un plaisir fou d'entendre son pronom prononcé (ou chatté) par un inconnu sans avoir eu à se présenter.(D'ailleurs, prononcer "Maïster"). A chaque fois je me sens exister puissance dix.
C'est tellement évident que je n'y avais pas pensé avant. Ce qui favorise la rencontre n'est pas seulement l'anonymat. Mais aussi le fait de pouvoir connaître immédiatement l'identité virtuelle de chaque avatar. C'est une différence notable avec la real life. Ici, dès le premier regard, l'anonyme n'est déjà plus un anonyme. Il existe un peu plus. Il n'est pas un "étranger", mais bien une sorte de "frère"...


D'ailleurs, la plupart du temps, l'on entre dans la vie de gens qu'on ne connaît pas. On fume une chicha avec eux alors qu'une minute auparavant on ne savait même pas qu'ils existaient.

La parole est libérée. Pas besoin de présentation. Pas besoin de briser la glace. En quelques clics on a...

...philosophé avec des inconnus...



...fait l'amour à une inconnue...( N.B: ce n'est pas moi sur la photo...)



...refait le monde avec des inconnus...

Comme si nous faisions partie de la même famille et que nous pouvions enfin le vivre et l'exprimer. Ici, comme me le faisait remarquer une amie sur SL, les relations sont construites sur la communication.
Moments bénis où nous pouvons sentir affleurer cette fraternité trop souvent refoulée dans la real life.
Nous sommes en effet beaucoup plus proches des autres que nous avons tendance à le penser. Et ce petit village nous permet, à notre insu, de l'expérimenter.


Faut-il passer par le virtuel pour réapprendre la fraternité?
Pas seulement. Mais pourquoi s'en priver, si cela permet à l'être humain de grandir?

Ce petit village mondial disparaîtra peut-être un jour, ou évoluera différemment. J'essayerai alors de me souvenir de cette sensation de me sentir bien avec les autres, de ces échanges, et de la joie qu'elle procurait...

2 commentaires:

jef a dit…

Oui, tu as raison Myster, je n'y avais jamais pensé, mais il y a une contradiction permanente dans SL : les avatars sont des inconnus, des anonymes, et en même temps, on sait immédiatement grâce à leur profil comment ils s'appellent, leur date de naissance (sur SL bien entendu !), leurs goûts, leurs lieux préférés, etc. Et il n'y a pas cette retenue qui existe dans la réalité.
C'est pourquoi Second Life est irremplaçable.
Evidemment, on est à la Préhistoire de SL, on a du mal à imaginer la suite. Sauf des choses prévisibles comme l'abandon du clavier pour la voix, et peut-être l'apparition du sens du toucher avec des gants ou des combinaisons tactiles ? Myster, avec ta combinaison, je pense que tu es un précurseur :-)
Jef

Myster Welles a dit…

Bonjour Jef,
content d'avoir de tes nouvelles!

Je suis d'accord avec toi. D'ailleurs ces informations sur nos avatars sont bien pratiques pour minimiser cet anonymat relatif. Il faut bien remplacer la présence physique, la voix,l'allure, les vêtements réels- qui nous donnent pas mal d'indications sur la personne réelle- par d'autres "signes". Cela révèle aussi notre besoin vital de communiquer, d'échanger et de partager, qui est à mon avis un des moteurs des mondes virtuels.

Concernant la suite de l'histoire de SL, difficile effectivement de faire des prédictions. Mais à propos des avatars, certains pensent qu'ils seront mobiles, plastiques en quelque sorte, qu'ils pourront se transformer en fonction de la situation vécue. Finalement est-ce que l'avatar deviendra une sorte d'outil de communication multi-média? Une sorte de véhicule de nos pensées, nos goûts, nos croyances, notre philosophie etc?
Qui sait?

PS: Ma "combinaison" est effectivement tactile, mais il ne fallait pas leur mettre la puce à l'oreille Jef...tu ne te rends pas compte, ma vie virtuelle va devenir un enfer! :-)

A bientôt,
Myster